Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 18:03

421920.jpg

 

Résumé:

 En Angleterre, au XVIIIe siècle, Dido Elizabeth Belle, une métisse, fille illégitime d’un amiral de la Marine royale, est élevée par son grand-oncle aristocrate, lord Mansfield, et son épouse.


Dido bénéficie de certains privilèges, mais la couleur de sa peau lui interdit de participer aux activités habituelles d’une jeune fille de son rang.


Elle s’éprend bientôt d’un jeune avocat qui rêve de changer le monde.

Tous deux vont amener lord Mansfield, le Président de la Haute Cour d’Angleterre, à mettre fin à l’esclavage dans son pays…

 Vidéo:

 Mon avis:

Le résumé nous dit l'essentiel.

Un moment de l'histoire de l'angleterre qui a précédé la fin de la traite négrière...

Ouf!

Pour que l'histoire ne se répète pas dans le genre de sinistre mémoire.

Bien réalisé, interprété et écrit...

On peut voir...avec un grand bonheur et beaucoup d'émotion....

 

 

 

Fiche technique:


Un film de Amma Asante

 

avec Gugu Mbatha-raw,


Tom Felton,


Sarah Gadon


Grande-Bretagne

Genre : Drame -
 
Duree : 1H44 mn
 
Distributeur : 20th Century Fox

 
Année de production : 2013
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 18:00

 

149022.jpg

Résumé:

 Murray (Woody Allen) est un libraire en faillite complètement désespéré. Lors d’un rendez-vous chez le médecin, il rencontre un couple de femmes mûres, qui tenteraient bien l’aventure à trois.

Murray pense tout de suite à son employé, Fioravante (John Turturro), à qui il demande de jouer les gigolos auprès des charmantes Dr. Parker (Sharon Stone) et Selima (Sofia Vergara). Hélas pour lui, les sentiments prennent le dessus et l’homme se retrouve pris au piège d’un jeu à trois dont il ne maîtrise pas les règles.

 

 

 

Vidéos:


Apprenti Gigolo
Apprenti Gigolo Bande-annonce VO

 

 

 

Mon avis:

 Toute en délicatesse cette comédie de John Turturro,  plutôt  réussie est pleine de malice.

Nous entrainant  dans le monde du plaisir féminin, le réalisateur  fait adroitement la critique du bigotisme religieux et du sexisme masculin avec la plus grande finesse.

Ses acteurs sont tous excellents et à aucun prix il ne faut rater Woody Allen dans le rôle du vieux proxénète qui va entraîner le personnage de Fioravante (John Turturro)

Pour conclure disons simplement que c'est un agréable moment de cinéma que cet Apprenti Gigolo..

On peut voir...


 

Fiche technique:


Un film de et avec John Turturro,

Woody Allen,

Sharon Stone

 Sofia Vergara.

Titre original : FADING GIGOLO (Etats-Unis)
 
Genre : Comedie -
 
Duree : 1H38 mn
 
Distributeur : ARP Sélection
 
Année de production : 2013

17:36 Écrit par Giuglio dans Comédie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 19:50

19/08/2014

The face of love(Le visage de l'amour)

244076.jpg

Résumé:

  Nikki est veuve depuis 5 ans.

Un jour, elle tombe sur le double parfait de son mari défunt.


Envahie par son trouble, elle décide de le séduire...

 Vidéos:

 Mon avis:

Finalement croyez-le ou non, je suis un grand romantique.

Mais si, n'en doutez-pas, c'est vrai.

J'ai été totalement submergé d'émotions (j'y ai même laissé quelques larmes...)

En fait  ce film n'est pas une "bluette romantique" , une romance à "deux balles" mais un véritable drame...de l'amour .


Annette Bening est tout simplement formidable, quand à Ed Harris, il est véritablement sublime dans ses deux rôles.

Je ne vous raconterai pas plus l'intrigue, ce serait dommage, le résumé suffit...

On y croit, enfin moi j'y ai cru..je ne sais pas pour vous mais j'ai marché à fond.

Les silences sont magnifiquement  habités et nous conduisent là où le réalisateur veut nous emmener.

L'ensemble est réussi également grâce à des images d'une grande beauté et une magnifique  musique qui sait se faire discrète quand il le faut.

Le scénario tient intelligemment la route... et quand j'ai envie de revoir un film une seconde fois c'est très bon signe...enfin me concernant...

On peut voir sans problème si "on a un peu le coeur tendre " et/ou que l'on accepte de se laisser attendrir par cette magnifique histoire...

Fiche technique:


Un film de Arie Posin avec

Annette Bening,


Ed Harris,


Robin Williams (Etats-Unis)


- Duree : 1H32 mn

Distributeur : Chrysalis Films
 
Année de production : 2013

05:39 Publié dans Drame, ROMANCE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, loisirs, spectacles | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

18/07/2014

We need to talk about Kevin...

19793566.jpg

 

 

Résumé:


Eva a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles entre parenthèses pour donner naissance à Kevin. 



La communication entre mère et fils s’avère d’emblée très compliquée.

A l’aube de ses 16 ans, il commet l’irréparable.


Eva s’interroge alors sur sa responsabilité. 




En se remémorant les étapes de sa vie avant et avec Kevin, elle tente de comprendre ce qu’elle aurait pu ou peut-être dû faire.

 

Vidéos:

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com


 

Mon avis:

Ce film a marqué en particulier le Festival de Cannes de 2011  et par la suite bien d'autres manifestations cinématographiques.

Il a fait l'objet d'une toute récente diffusion sur Arte (il doit l'être à nouveau dans les jours qui viennent (voir sur le site d'Arte) ..il est également disponible en vidéo).

Quoi que l'on dise pour analyser la relation entre cette mère et ce fils "monstrueux", je pense que la responsabilité du drame et les raisons qui y amènent sont beaucoup plus complexes qu'il n'y paraît.


Ce qui est certain c'est que l'on ne peut rester indifférent car la réalisation d'une grande efficacité secoue le spectateur dans son éthique et va le chercher "très loin" dans son registre émotionnel.


J'ai lu avant de rédiger cette note beaucoup d'échanges passionnés sur le web entre des internautes ainsi que de la part de professionnels du journalisme, de la psychologie, de la sociologie et du cinéma.


Si vous cherchez sur votre moteur de  recherche vous y trouverez des pages et des pages de commentaires, d'analyses (ou pseudo) accusant tantôt la mère tantôt le père ou la pseudo- perversité de la réalisatrice.


Ce qui me semble certain c'est que ce film possède une qualité première qui est  avant tout d'interroger puis de passionner.

Il ne laisse pas indifférent.


Certains n'ont pas supporté d'être déstabilisés, se sont sentis poussés dans leurs retranchements ..se sont mis à accuser la réalisatrice  de nous emmener vers des raisonnements malsains.

Je ne crois pas qu'il en soit ainsi...

Si des troubles dans une personnalité sont décelables assez rapidement ne rien faire semble être la pire attitude, comme celle du père (mais aussi des autres témoins de son évolution)qui malgré les alertes de son épouse refuse de se pencher sur le problème.

Solution de facilité par la négation des faits qui rejette implicitement la responsabilité (et la culpabilité qui va en découler ) sur le personnage magnifiquement interprété par Tilda Swinton.

S'il y a responsabilité, certes le père n'est pas innocent (d'ailleurs il mourra de son refus d'affronter le problème et probablement de son évidente cécité)...

A l'heure où j'écris cette note les questionnements ne cessent de m'absorber...

Pour terminer, on peut dire que "l'emballage" (tout ce qui va contribuer au réalisme et à la force du film) est une véritable réussite.

L'ambiance sonore (de très grande qualité), la force des images, des signes et signifiants nous marquent au plus intime de notre être.


Lynne Ramsay a bien réussi "son affaire" et je pense que "We need to talk about Kevin" constitue un très efficace sujet d'étude...et bien sûr un merveilleux "objet" cinématographique.

A voir et à en débattre sans aucun doute


Fiche technique:


Un film de Lynne Ramsay

avec

Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller,...


Pays:Grande-Bretagne

Genre : Drame, Thriller -

Duree : 1H50 mn

Année de production : 2011

Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 12 Mai 2011

06:22 Publié dans Drame, Thriller | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

15/06/2014

L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

21006006_20130913150332044.jpg

Résumé:


T.S. Spivet, vit dans un ranch isolé du Montana avec ses parents, sa soeur Gracie et son frère Layton.

Petit garçon surdoué et passionné de science, il a inventé la machine à mouvement perpétuel, ce qui lui vaut de recevoir le très prestigieux prix Baird du Musée Smithsonian de Washington.

Sans rien dire à sa famille, il part, seul, chercher sa récompense et traverse les Etats-Unis sur un train de marchandises.


Mais personne là-bas n’imagine que l’heureux lauréat n’a que dix ans et qu'il porte un bien lourd secret…

 Vidéos:

 

 Mon avis:

Voilà un film qui n'a pas encore en France fait exploser le "box office" mais que le "bouche à oreille" de parents avertis  aura convaincu d'en parler à leurs amis et d'y emmener leurs enfants. Le film de Jean-pierre Jeunet est un véritable régal d'émotions, de fraicheur... car avant tout ce sont des enfants (et leurs parents) qui y tiennent les premiers rôles...

Je me suis véritablement régalé à la vision de ce film.

Il m'a rappelé que moi aussi j'ai été un enfant espiègle, curieux de tout, plein d'énergie et quelque part , au fond je le suis encore...

Les images sont d'une beauté époustouflante.


Le scénario, le texte, les comédiens, le réalisateur sont véritablement à la hauteur...

Que vous dire de plus?

Allez le voir!

....en famille (ou non) de préférence sur grand écran de cinéma!

 

 Fiche technique:


Un film de Jean-pierre Jeunet

avec Kyle Catlett, Helena Bonham Carter et Dominique Pinon


Titre original : THE YOUNG AND PRODIGIOUS SPIVET (France)

Genre : Aventure, Drame

- Duree : 1H45 mn

Distributeur : Gaumont Distribution

- Editeur DVD : Gaumont Vidéo

 

Année de production : 2013

Film à partir de 10/12 ans

30/05/2014

Real humans.../ Äkta Människor (titre original)

20514218.jpg

 

Résumé:

 Äkta Människor ("les véritables humains") se situe dans un monde parallèle où les robots humanoïdes (Hubot) sont devenus des machines courantes dans la société.

Ces Hubots sont très réalistes et sont configurés de telle sorte à remplir une large demande.


S'adaptant à tous les besoins humains, de la simple tâche ménagère à des activités plus dangereuses voire illégales, la société semble en dépendre.


Une partie de la population refuse alors l'intégration de ces robots tandis que les machines manifestent des signes d'indépendance et de personnalité propre.

 Vidéos:

 

 

 

Mon avis:

Une série passionnante plutôt bien  écrite et réalisée qui nous donne à voir un monde futur  tout à fait possible...

Dans une cinquantaine d'années ou un siècle?

Chacun en conviendra, les robots de toutes sortes envahissent de plus en plus notre quotidien...

Déjà on pense à réaliser des robots domestiques à l'image de l'homme.

  Leurs conceptions et applications sont sans doute chronologiquement beaucoup plus proches qu'on ne le pense

C'est ce sujet que la série aborde avec en filigrane des questionnements sur les incidences sociales, éthiques philosophiques...


Les robots, avec des capacités semblables aux humains voire supérieures dans certains domaines, ne voudront-ils pas un jour s'affranchir de leur domesticité pour être libre?...

En prolongeant la réflexion dans ce sens peut-être même vouloir remplacer l'homme...?

Ce qui est  très agréable dans cette série c'est  le réalisme apporté au scénario...

C'est vraiment très bien réalisé , on y croit...

La  crédibilité, le rythme plein d'énergie nous emmènent véritablement  dans ce futur possible.

En plus de passionner, de nombreuses intrigues relativement bien écrites amènent le spectateur vers  divers sujets de  réflexions aussi bien éthiques, philosophiques que sociologiques...

Un intéressant sujet d'étude universitaire...


Le cinéma Suédois se réveille et leurs productions s'exportent bien ces dernières années... ...

Tellement bien que les "ricains" et leur industrie du spectacle rachètent souvent les droits, détournent en faisant des adaptations plus ou moins de qualité où hélas le contenu initial semble s'être émoussé ou a totalement disparu.


A voir sans aucun doute

 

Voici un lien vers un article de Télérama décrivant cette série (proposé par Kulturam. dans un commentaire... ce dont je le remercie)


 Fiche technique:


Une série créée par Lars Lundström,


avec Andreas Wilson,

Lisette Pagler

et

Pia Halvorsen.

Titre original : ÄKTA MÄNNISKOR

Pays: Suède.


Série Créée en 2012

1ère diffusion en France le 04 Avril 2013

Diffusion tous les jeudi soir sur Arte

  Mai 2014=Début de la  saison 2...
(saison 1= disponible en dvd sur le site d'Arte)

27/05/2014

Le géant égoïste

21001674_20131025171226319.jpg

 

Résumé:

Arbor, 13 ans, et son meilleur ami Swifty habitent un quartier populaire de Bradford, au Nord de l’Angleterre.


Renvoyés de l’école, les deux adolescents rencontrent Kitten, un ferrailleur du coin.


Ils commencent à travailler pour lui, collectant toutes sortes de métaux usagés.


Kitten organise de temps à autre des courses de chevaux clandestines.

Swifty éprouve une grande tendresse pour les chevaux et a un véritable don pour les diriger, ce qui n’échappe pas au ferrailleur.


Arbor, en guerre contre la terre entière, se dispute les faveurs de Kitten, en lui rapportant toujours plus de métaux, au risque de se mettre en danger.

L’amitié des deux garçons saura-t-elle résister au Géant Egoïste ?

Vidéos:

Mon avis:

 Réalisé par Clio Barnard , un peu dans le style des films de Ken Loach ce "géant égoïste" m'a purement ""scotché" d'émotions...

Sans dévoiler plus l'intrigue que ne le fait le résumé notons que les jeunes interprètes sont tout simplement formidables  ...

Ils restituent par leur jeu d'une crédibilité parfaite toute la force d'un excellent scénario ...

"Le géant égoïste" nous emmène véritablement dans les milieux populaires Anglais où il est bien difficile de survivre quand les parents sont endettés et au chômage...

...ça vous rappelle quelque chose?...

En effet on retrouve les mêmes problèmes un peu partout en Europe et la débrouille pour  ces jeunes livrés à eux même reste l'unique moyen de s'en sortir en gagnant un peu d'argent par le "bizness"..

Il y a un gros décalage entre les codes enseignés par le système scolaire et leur  quotidien en famille et dans leurs quartiers.

Bien souvent ces jeunes  se retrouvent exclus par leur révolte et leur manque d'adaptation à une éducation qui n'a plus rien à voir avec leur réalité...

Un film poignant, sensible et émouvant..

A voir sans aucun doute...

Fiche technique:

Titre original: THE SELFISH GIANT

Pays: Grande Bretagne

Durée:1H31

Genre: Drame

Réalisatrice:

 

Acteurs et actrices:

05:57 Publié dans A voir, Cinéma, Drame | Lien permanent | Commentaires (6) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

02/05/2014

Philomena

philomena.jpg

 

Résumé:

Irlande, 1952 : Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Considérée comme une « femme déchue », elle est envoyée au couvent de Roscrea. Alors que l’enfant est encore un nouveau-né, il est arraché aux mains de sa mère pour être adopté par des américains. Philomena passe les quinze années suivantes à essayer de le retrouver, en vain. Elle rencontre ensuite Martin Sixsmith, un journaliste désabusé, aussi cynique qu’elle est naïve. Ensemble, ils partent pour l’Amérique, au cours de ce voyage ils découvriront l’extraordinaire vie du fils de Philomena et tisseront une relation à la fois drôle et profondément émouvante.

 

 

Mon avis:Encore une comédie dramatique dans le "Cinoche" cette semaine.

Primé un peu partout comme le film d'Alexander Payne sur l'autre blog (Nébraska ...Cinoche 2)...encore du beau et du grand cinéma avec une merveilleuse interprète principale(Judi Dench ...déjà vue dans les James Bond) dans un film de Stephen Frears.


Sans doute l'un des meilleurs films de ce réalisateur.

Le scénario est  bien ficelé et la thématique tirée de la biographie écrite par le journaliste Martin Sixsmith.

Le titre original en anglais était The Lost Child of Philomena Lee.

La journaliste Sonia Sarfati (la presse ) trouve que la biographie est en dessous du film .

Stephen Frears dans son film s'intéresse en priorité à Philoména tandis que la biographie s'attache à dépeindre les états unis des années Reagan au travers du fils.

Je ne vous raconte pas plus l'intrigue car vraiment il faut le voir.
A une époque où les "préchi précha " religieux font à nouveau recette, ce film nous rappelle que les "grandes églises" de toutes les religions ne sont en fait que des sectes qui ont réussi offrant un cadre (presque idéal si l'on peut dire) favorable aux névroses traumatiques tant au niveau de la "prêtrise" que des fidèles. Elles induisent toutes, dans leurs excès (quand il y en a et il y en a souvent) des éléments potentiellement pathogènes pour les individus et en particulier pour les publics les plus fragiles


A voir sans aucun doute

Vidéo:

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com



Fiche technique:


Un film de Stephen Frears

avec Judi Dench

et Steve Coogan (Grande-Bretagne)


- Duree : 1H38 mn

Distributeur : Pathé Distribution - Editeur DVD : Pathé Vidéo

 

Année de production : 2014

23/04/2014

NEUF MOIS FERME

 

9 mois ferme : Affiche

05:05 Publié dans Comédie | Lien permanent | Commentaires (2) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

GABRIELLE

gabrielle.jpg

Résumé:

Gabrielle et Martin tombent fous amoureux l'un de l'autre.

Mais leur entourage ne leur permet pas de vivre cet amour comme ils l'entendent car Gabrielle et Martin ne sont pas tout à fait comme les autres.
Déterminés, ils devront affronter les préjugés pour espérer vivre une histoire d'amour qui n’a rien d’ordinaire.

 

 

Mon avis:
Gabrielle a remporté le Prix du Public lors du Festival du Film de Locarno en 2013.

Un très joli film ...
(...)la réalisatrice a voulu parler du besoin de liberté et d’autonomie des handicapés dont le quotidien est en grande majorité géré par leur famille et les intervenants :

Louise Archambault: "Je souhaitais immiscer le spectateur dans leur quotidien afin de saluer leur force de caractère, et surtout, pour montrer combien ils ont les mêmes désirs et émotions que tout le monde. Qu’ils sont tous humains, et ordinaires."

(...)

Nous entrons dans le quotidien de ces personnes en particulier dans l'une de leur activité de loisir et  d'éducation à la culture au travers du chant choral.

En effet ces jeunes personnes se préparent pour un concert avec Robert Charlebois qu'ils  accompagneront sur scène..

Superbes interprétations et  réalisation de grande qualité nous donnent à voir un film émouvant et bouleversant....

J'ai pris beaucoup de plaisir à regarder "Gabrielle"...

A voir sans aucun doute....

Vidéos:

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Fiche technique:

Un film de Louise Archambault

avec

Gabrielle Marion-rivard,

Mélissa Désormeaux-poulin,

Alexandre Landry,

Benoît Gouin,

Isabelle Vincent,

Véronique Beaudet,

Marie Gignac,

Vincent-guillaume Otis,

Sébastien Ricard,

avec la participation de Robert Charlebois


Genre : Comedie Dramatique 

Duree : 1H44 mn

Distributeur : Haut et Court -

Année de production : 2013

Pays: Canada

11/04/2014

VIOLETTE (Note sur le film + lien vers le documentaire d'Arte )

Violette : Affiche
 Résumé:
Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés.

Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.
 
 
Mon avis:
Après Séraphine réalisé il y a quelques années (2008) avec Yolande Moreau, Martin Provost signe ce superbe "biopic" évoquant la vie de Violette Leduc.
 
Violette fut soutenue par grand nombre d'écrivains dont Simone de Beauvoir (dont elle fut amoureuse), J. Genet, JP Sartre....

Dans les années 50  elle fit scandale dans le monde des  "lettres" car ses écrits d'une rare force et d'une grande authenticité dévoilaient avec une immense spontanéité toute son intimité féminine, privilège jusqu'alors réservé à l'homme que d'évoquer sa vie sexuelle.

Le réalisateur,  fortement soutenu par le jeu épatant de ses actrices (Emmanuelle Devos, Sandrine kiberlain)signe un film fort, sincère et émouvant.

En espérant qu'après avoir vu ce film vous aurez envie de lire l'oeuvre de Violette Leduc dont l'ensemble bien que légèrement romancé est essentiellement autobiographique...

A voir...bien sûr....
 
Vidéos:

 Fiche technique:

Un film de Martin Provost

et

Genre : Biopic

- Duree : 2H19 mn

Année de production : 2013
 

Lien vers documentaire: " Violette Leduc La chasse à l'amour" sur Arte +7(Diffusé  mercredi 12 Mars 2014)

13:53 Publié dans Biopic, Drame | Lien permanent | Commentaires (2) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

09/03/2014

La vénus à la fourrure

 

la vénus.....jpg

 

Résumé:

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n’a l’envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d’énergie aussi débridée que délurée.
Vanda incarne tout ce que Thomas déteste.

Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle.

Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c’est avec stupéfaction qu’il voit Vanda se métamorphoser.

Non seulement elle s’est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par coeur.

Alors que l’« audition » se prolonge et redouble d’intensité, l’attraction de Thomas se mue en obsession…

 Mon avis:

 Roman Polanski  réalise ici peut-être l'un de ses meilleurs  films.

Très écrit, plein de malice, "la vénus à la fourrure", au travers de ses deux personnages se penche avec une certaine ironie sur les rapports homme/femme.

Inspiré de la pièce "Vénus in Fur " de David Ives (jouée à Broadway en 2010) et bien sûr du roman de "Léopold von Sacher Masoch" ..."la vénus à la fourrure"(écrit en 1869) le film analyse et décrypte les tendances sado/masochistes qui régissent les rapports homme//femme.

Bien réalisé et interprété ;  c'est un moment de rare bonheur que de savourer un aussi beau texte,  beaucoup plus fait à mon avis pour le théâtre ou le roman mais le talent du réalisateur et de ses interprètes franchit aisément l'obstacle.

En ce qui me concerne je n'ai pas boudé mon plaisir.

A vous de voir...

Vidéos:

 

 

Fiche technique:

Un film de Roman Polanski


avec Mathieu Amalric

et

Emmanuelle Seigner (France)


Genre : Comedie

Duree : 1H36 mn
 
 
Année de production : 2013
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 19:24

19/08/2014

Les invincibles

237899.jpg


Résumé:

L’annonce d’un tournoi international de pétanque organisé par le célèbre Darcy, va bouleverser la vie de Momo, et réveiller ses rêves enfouis par les aléas de la vie : devenir champion et vivre de sa passion.


Galvanisé par sa rencontre avec Caroline, Momo va faire la paix avec lui-même et affronter les préjugés.


Déclassés, rejetés, cabossés, ils sont devenus : Les Invincibles.

Vidéo:

 

 
Mon avis:
 
Quelques clichés mais grâce à ...la prestation particulièrement remarquable des acteurs (Atmen Kelif ,alias Momo y est superbe)  , une réalisation rigoureuse, un scénario bien sympathique, relativement bien écrit mais surtout un rythme  intelligemment étudié ; on  entre facilement et on se sent plutôt à l'aise dans cette histoire que certains trouveront sans aucun doute "un peu facile"...


Malgré les apparences de légèreté se dégage une certaine finesse dans le propos et surtout l'ambiance générale  y est bien  sympa...

L'humour passe bien et on sort de cette histoire , le sourire aux lèvres...et c'est le principal


Au final une comédie bien agréable pour ce  petit "nanar Franchouille" (mais de qualité)...
...à voir ou à revoir.....
 
 
 
Fiche technique:

Un film de Frédéric Berthe


Genre : Comedie -

Duree : 1H35 mn

Pays: France

Distributeur : EuropaCorp Distribution -

Année de production : 2013

05:37 Écrit par Giuglio dans Comédie | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

16/07/2014

Les grandes ondes

312856.jpg

 

Résumé:

Avril 1974.

Deux journalistes de la radio sont envoyés au Portugal pour réaliser un reportage sur l’entraide suisse dans ce pays.

Bob, technicien proche de la retraite, les accompagne à bord de son fidèle combi VW.


Mais sur place, rien ne se passe comme prévu : la tension est à son comble entre Julie, la féministe, et Cauvin le reporter de guerre roublard.


La bonne volonté de Pelé, le jeune traducteur portugais, n’y fait rien : la petite équipe déclare forfait.


Mais le vent de l’Histoire pousse le Combi VW en plein coeur de la Révolution des Oeillets, obligeant cette équipe de Pieds nickelés à prendre part, et corps, à cette folle nuit du 24 avril 1974.

Vidéos:

 

 

Mon avis:

Une gentille comédie avec des personnages haut en couleurs magnifiquement interprétés.

Un scénario magnifiquement écrit, bien rythmé et une réalisation sans faute.

"Les grandes ondes" sont un petit régal poétique comique où des situations plus drôles les unes que les autres entrainent le spectateur dans les périples d'une bande de pieds nickelés du reportage radiophonique.


Ils vont se retrouver malgré eux face à l'histoire du Portugal et de sa révolution des Oeillets d'Avril 1974.

Ils en rendent compte sur les ondes à leur manière...

Une petite comédie bien sympathique qui se laisse voir avec beaucoup de plaisir...

Fiche technique:


Un film de Lionel Baier


avec Valérie Donzelli, Michel Vuillermoz, ... (Suisse)


Genre : Comedie

Pays: Suisse, France, Portugal


 Duree : 1H25 mn


Distributeur : Happiness Distribution


Année de production : 2013

14/06/2014

Les sorcieres de Zugarramurdi

21050889_20131129110921858.jpg

Résumé:

En plein jour, un groupe d’hommes braque un magasin d’or de la Puerta del Sol à Madrid. José, père divorcé en plein conflit avec son ex-femme, Tony, son complice, sex-symbol malgré lui, Manuel, chauffeur de taxi embarqué contre son gré dans l’aventure, et Sergio, le fils de José, partent en cavale.

Objectif : atteindre la France en échappant à la police… Mais arrivé près de la frontière française, dans le village millénaire de Zugarramurdi, le groupe va faire la rencontre d’une famille de sorcières, bien décidées à user de leurs pouvoirs maléfiques pour se venger des hommes…

Vidéos:

 

Mon avis: Les genres Fantastique/horreur/ épouvante ne sont pas à proprement parler mes styles de films préférés mais si le film est réalisé sur le mode de la comédie burlesque alors je suis plutôt "client"...

En plus quand le metteur en scène (peu connu en France) est un très  bon alors je fonce.

Avec ces sorcières je n'ai pas été déçu...

J'ai beaucoup ri...Certaines scènes sont véritablement d'anthologie...

Ex: Carmen Maura (magnifique) qui interprète l'une des sorcières se déplace au plafond de la pièce téléphonant le plus  naturellement du monde  avec son portable...

Ce n'est qu'un exemple, pas le plus loufoque mais il donne assez bien  le ton du film.

Si on aime le genre loufoque et burlesque...à ne pas rater..

Avertissement: certaines scènes peuvent heurter un public sensible/jeune...

Fiche technique:

 

Réalisé par Álex de la Iglesia

Avec:


Hugo Silva, Mario Casas, Pepón Nieto plus

Genre:


Comédie , Epouvante-horreur


Nationalité: Fr;/Esp.

 

Durée: 1h54

10:12 Écrit par Giuglio dans Comédie, FANTASTIQUE ÉPOUVANTE | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

06/06/2014

Robocop (2014)

541514.jpg

 

Résumé:

L es services de police inventent une nouvelle arme infaillible, Robocop, mi-homme, mi-robot, policier électronique de chair et d'acier qui a pour mission de sauvegarder la tranquillité de la ville. Mais ce cyborg a aussi une âme...

Vidéos:

 Mon avis:

 Pas grand chose à dire sur ce "nanar" commercial à gros budget Américain, si ce n'est que si on a aimé le "robocop" de 1987 on appréciera...

Toujours les mêmes clichés chers aux "ricains" avec ce   super héros sauveur de l'humanité en proie comme jamais à la criminalité, garantissant la sécurité mieux que toute la police réunie grâce à sa quasi infaillibilité.

Un film " sécuritaire" de plus..."c'est mode"!!!

Peu de nouveauté par rapport au 1er...

C'est juste une adaptation au goût du jour et à l'époque. (un peu comme une recette de cuisine...pas grand chose à voir avec le vrai cinéma)


Un gros "nanar" commercial quoi, encore plus violent que le premier...!

Presque sans intérêt si ce n'est que je tenais à le mettre en parallèle avec ma note sur mon autre blog (c'est un collègue blogueur du site (Kulturam)) qui m'a suggéré de parler de cette super série TV diffusée sur Arte: "Real Humans" (tous les jeudi soirs)

Dans Robocop les sujets de réflexion sociologiques, éthiques, philosophiques sont quasi inexistants alors que la série "Real humans" dont je parle sur le blog "le cinoche de Giuglio1" sera prochainement étudiée en licence de philosophie  ( selon Kulturam)..

 Robocop lui, devra affronter  toujours plus de violences, de crimes, d'escroquerie d'actes mafieux et le héros (mi homme mi robot)  y parviendra ..on s'en doutait un tout petit peu!.

Propagande populiste et sécuritaire...une fois de plus....le phénomène n'est pas un hasard...

Le "matracage" des consciences a commencé il y a belle lurette...et partout

pour nous amener tels des bovins destinés à l'abattoir à accepter des fils barbelés tout autour de nos libertés...

Les moyens pour y parvenir?..

Avec les nouvelles technologies, les puissances d'argent  n'ont plus que l'embarras du choix et le cinéma lui aussi contribue à la propagande...


Bien entendu: beaucoup de clichés et de poncifs dans ce film (destinés comme je le dis ci-dessus à amener le naïf à construire lui-même ses barbelés et de ce fait les accepter) .

Cependant un "scénar" chez ce Robocop 2014 à mon avis un peu mieux construit que le premier et une intrigue rythmée qui tient en haleine le spectateur.. .

On peut voir si on aime le genre mais personnellement je préfère la série (Real Humans)qui offre un champ de réflexion beaucoup plus intéressant...Lien vers le cinoche de Giuglio1

 

Fiche technique:


Un film de José Padilha

avec :

Joel Kinnaman,


Samuel L. Jackson,


Abbie Cornish,


Gary Oldman (Etats-Unis)



 
- Duree : 1H58 mn
 
 
Distributeur : Studio Canal

 

Année de production : 2013

11:19 Écrit par Giuglio dans aventures action, SF | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

20/05/2014

Henri

21054873_20131105154123207.jpg

Résumé:

 Henri, la cinquantaine, d’origine italienne, tient avec sa femme Rita un petit restaurant près de Charleroi, "La Cantina".


Une fois les clients partis, Henri retrouve ses copains, Bibi et René, des piliers de comptoirs ; ensemble ils tuent le temps devant quelques bières en partageant leur passion commune, les pigeons voyageurs.


Rita meurt subitement, laissant Henri désemparé.

Leur fille Laetitia propose alors à Henri de se faire aider au restaurant par un "papillon blanc", comme on appelle les résidents d’un foyer d’handicapés mentaux proche de "La Cantina".

Rosette est de ceux-là.

Elle est joyeuse, bienveillante et ne voit pas le mal.

Son handicap est léger, elle est simplement un peu "décalée".

Elle rêve d’amour, de sexualité et de normalité.

Avec l’arrivée de Rosette, une nouvelle vie s’organise.

 Vidéos:

 

 Mon avis:

 Ce second film réalisé par la comédienne  Yolande Moreau (Quand la mer monte (2004)...coréalisé avec Gilles Porte) une fois de plus lui ressemble par son aspect "décalé"...

Certains critiques de cinéma ont même dit que c'est sa ""marque de fabrique"...un peu trop d'ailleurs car selon eux on pouvait s'attendre à y trouver les mêmes recettes voire les mêmes clichés...

Je trouve qu'il n'en est rien et j'ai trouvé "Henri" interprété par Candy Ming et  Pippo Delbono très agréable et plein de poésie...

Henri est accusé (à tord) d'avoir eu des rapports sexuels avec une handicapée mentale  qui avait juste voulu faire une bonne blague en déclarant aux éducatrices de l'institution où elle vit qu'elle était enceinte de lui....du coup tout le monde croit à cette fausse rumeur...

Mais je dévoile déjà un peu trop l'intrigue...

Il y a un climat particulier dans ce film... et la lenteur  y est sans doute pour beaucoup. 

C'est aussi cet aspect qui a pu dérouter certains spectateurs...

En effet c'est le principal reproche  que l'on peut faire à "Henri" avec un rythme global qui reste légèrement en dessous donnant une énergie d'ensemble pouvant apparaître un peu "mollassonne parfois...

Mais le sujet et les interprètes rachètent largement  quelques petites imperfections...

Poétique, drôle, émouvant...

A voir sans aucun doute

Fiche technique:

Un film de Yolande Moreau (France, Belgique)

Casting : Henri

  Réalisation
Yolande Moreau
Realisateur
  

Scénario
Yolande Moreau
Scenariste


  Acteurs:
Candy Ming
 
 
Rosette
Pippo Delbono

  
Henri
Brigitte Mariaulle
  

Madame Monnier
Gwen Berrou
  

Laetitia
Jackie Berroyer
 
 
Bibi
 
 
 
Lio
Rita
 

  
Le Marchand De Frites
 
 
René

 

 

 
Tante Michèle

 

- Duree : 1H43 mn
 

Distributeur : Le pacte -
 

Année de production : 2013
   
   
   
   
   

23:17 Écrit par Giuglio dans Comédie Dramatique, Drame | Lien permanent | Commentaires (3) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

02/05/2014

Nebraska

nebraska.jpg

Résumé:


Un vieil homme, persuadé qu’il a gagné le gros lot à un improbable tirage au sort par correspondance, cherche à rejoindre le Nebraska pour y recevoir son gain, à pied puisqu'il ne peut plus conduire. Un de ses deux fils se décide finalement à emmener son père en voiture chercher ce chèque auquel personne ne croit. Pendant le voyage, le vieillard se blesse et l’équipée fait une étape forcée dans une petite ville perdue du Nebraska qui s'avère être le lieu où le père a grandi. C'est ici que tout dérape. Rassurez-vous, c’est une comédie !

 

Mon avis: Oui c'est bien une comédie, même une comédie dramatique qui dépeint parfaitement le monde rural Américain.

Là-bas ils ont aussi leurs "beaufs", si l'on peut dire.

On y retrouve la naïveté des petites gens qu'on fait rêver pour trois sous afin de mieux les amener à consommer en leur donnant artificiellement l'espoir( un peu vain) qu'ils pourront se sortir de leur misère (conjoncturelle, structurelle...)


Certaines scènes sont  de vrais petits chefs d'oeuvre...

Les personnages et leurs interprètes sont attachants et excellents.

Entre cocasserie et réalisme, le réalisateur nous tient brillamment en haleine tout au long du film.

L'esthétique noir et blanc convient parfaitement à ce road movie qui ramène le personnage principal vers son passé...

Il va entrainer les spectateurs que nous sommes et toute sa petite famille dans l'aventure   pour notre plus grand plaisir.

A voir sans aucun doute!

 

 

 

 

Vidéo:

 

 

 

Fiche technique:


Un film d'Alexander Payne


avec Bruce Dern et Will Forte (Etats-Unis)



- Duree : 1H55 mn

Distributeur : Diaphana

Sortie en salles le 02 Avril 2014

Année de production : 2013

Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 23 Mai 2013

17:56 Écrit par Giuglio dans Comédie, Comédie Dramatique, Drame | Lien permanent | Commentaires (2) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

23/04/2014

Bounty Killer

 

 
 

Résumé:

Un chasseur de primes débarque dans une petite ville pour récupérer une récompense.

Une jeune femme le recrute alors pour régler un problème local.

Mon avis:

Dans un futur assez proche (2042) tous les corrompus en col blanc de la planète sont en fuite et leur tête est mise à prix: banquiers, politiciens "pourris", hommes d'affaires crapuleux, chefs d'entreprises véreux, escrocs en tout genre...

On peut toujours rêver...non?

Le cinéma c'est aussi fait pour ça..

Là  ... ça gicle à tout va..on ne lésine pas sur le ketchup...

Eh ho...c'est qu'ils ont du boulot nos chasseurs de prime... ils ne font pas dans la dentelle...et en plus ils sont beaux, amoureux, n'arrêtent pas de se chamailler...que voulez-vous de plus?

(mais gaffe...ça saigne méchant)

Vous l'avez compris c'est un super "nanar" mais parfois dans ce genre, il y a de petits chefs d'oeuvre et "Bounty killer" est à n'en pas douter de ceux là...

Une sorte de Mad Max revisité et multiplié par mille sur un rythme d'enfer!

Vraiment je me suis régalé...(...ça fait du bien de temps en temps que ce ne soient pas toujours les mêmes qui gagnent...non?)

..à vous de voir...

...ou de ne pas voir...

( si vous ne supportez pas la surdose de "ketchup")

...Sinon... vous allez être servis, croyez-moi, vous ne serez pas déçus...: âmes sensibles ...fuyez!

...Enfin je vous aurais prévenus...

Vidéos:


 

Fiche technique:

 

05:06 Écrit par Giuglio dans SF, Super nanar! | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

21/04/2014

La vie d'Adèle...

adèle.jpg

Résumé:

  

 

À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons.


Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte.

Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve...

Mon avis:

 Je ne pouvais pas faire l'impasse dans mes fiches Cinéma sur ce film qui, l'an passé a défrayé la chronique....

Palme d'or au Festival de Cannes, polémiques sur les conditions de tournage...

En particulier les techniciens ont reproché à la production et au réalisateur de ne pas respecter le droit du travail.

Et puis bien sûr dans les médias l'une des interprète du film (Léa Seydoux) qui reprochait les conditions de tournage épuisantes et sans fin voire l'esprit "dictatorial" d'Abdelatif Kéchiche.

On a reproché également au réalisateur de s'éterniser sur les scènes de sexe...

Sans entrer dans ces débats qui, d'une certaine façon ont fait de l'ombre au film, je pense que tout ces reproches plus ou moins justifiés sont secondaires.

Ce qui compte avant tout c'est le film et  pour moi c'est un chef d'oeuvre, il faut bien le dire .

Evidemment on peut légitimement reprocher des longueurs...

Durée: 3h (racourcis au montage ... sinon le film durerait entre 5 et 7h) C'est vrai  que certains moments peuvent paraître  presque interminables, en particulier  dans les scènes de sexe.

Mais dans l'ensemble je trouve que  c'est pleinement justifié et puis le rythme du film est énergique et vivant ...

Extrait  d'une interview du  metteur en scène qui  explique comment il a tenu à aborder ces séquences (de sexe) qui peuvent également apparaître parfois un peu crues....:

(...)"Nous avons donc tourné ces scènes comme des tableaux, des sculptures. On a passé beaucoup de temps à les éclairer pour qu’elles soient vraiment belles, après, la chorégraphie de la gestuelle amoureuse se fait toute seule, avec le naturel de la vie. Il fallait les rendre belles visuellement donc, mais tout en gardant la dimension charnelle. (...) On a beaucoup discuté, mais les discussions finalement ne servaient à rien (...) parce que tout ce qu’on dit est très intellectualisé, mais la réalité est plus intuitive."

Les interprètes sont magnifiques, en particulier Adèle Exarchopoulos dont le naturel et la force sincère du jeu crèvent l'écran....

Le scénario est librement adapté  de la BD (couronnée du prix du public à Angoulème en 2010): "Le bleu est une couleur chaude", de Julie Maroh.

 Comme le fait remarquer  son interprète principale dans une interview à la presse, " La vie d'Adèle "n'est pas un film militant pour l'homosexualité mais avant tout une histoire d'amour ...peu importe qu'il s'agisse de deux femmes et on l'oublie (...).

En fait c'est une histoire  de couple avant tout...

A voir sans aucun doute...

Vidéos:

 

Fiche technique:


Un film d'Abdellatif Kechiche


avec

Léa Seydoux

et

Adèle Exarchopoulos


(France)


Genre : Drame

 Durée : 2H59 mn

Distributeur : Wild Bunch Distribution

Année de production : 2013


Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

14:59 Écrit par Giuglio dans Drame, Romance | Lien permanent | Commentaires (4) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

07/03/2014

Quai d'orsay

 

Résumé:

Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.


Mon avis:

C'est signé Bertrand Tavernier tout de même...et pourtant c'est exaspérant comme le sont les interprètes de ce ministère "d'opérette" avec un ministre dont on a l'impérieuse envie de le voir disparaître à tout jamais...

A vous dégouter une bonne fois pour toutes de travailler dans un ministère. 

On aspire totalement à ne plus jamais participer à l'élection de tels clowns On éprouve l'envie impérieuse de les empêcher à tout jamais d'accéder au pouvoir...

Incapables, crétins, abrutis, prétentieux, ces princes qui nous gouvernent.

Le problème c'est que lorsque tu es dans une salle de ciné  tu ne peux pas dire à la moitié du film: "STOP, ASSEZ: J'EN ASSEZ VU"...

Hélas tu n'as pas la "zappette" près de toi pour mettre sur pause ou arrêter le jeu de massacre...

Totalement indigestes  ces personnages princiers de nos ministères que l'on ne peut qu'exécrer à la vue d'un tel spectacle...

Comédie du pouvoir urticante s'il en est..

Ce quai d'Orsay est censé être une comédie sur les gens de pouvoir...

Personnellement je classerais plutôt ce brulot dans les "drames" voire les très  mauvais mélos..

Ce film donne envie de partir à toutes vitesses sur une ile déserte

Faites comme vous le sentez à voir ou...à fuir pour oublier que le navire "démocratie républicaine" a, depuis des lustres... bel et bien coulé définitivement...

Enfin moi comme disent les jeunes....:

..."ça m'a saoulé grave"!


Vidéo:

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

 

 

Fiche technique:

 

   
Réalisé par Bertrand Tavernier

Avec




Durée

Thierry Lhermitte,

Raphaël Personnaz,

Niels Arestrup

plus...

1h 54 (bon courage!!)

Genre Comédie
Nationalité Français

16:17 Écrit par Giuglio dans Comédie Dramatique, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | facebook_share_icon.gif Facebook | |

|

BAD GRANPA

21058765_20131118170452331.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Résumé:

Le vieux Irving Zisman, quatre-vingt-six ans, parcourt les Etats-Unis avec un improbable compagnon : son petit-fils de huit ans, Billy.

 

 Mon avis:

Revoilà "Jackass" alias Johnny knoxville grimé en Irving Zisman  octogénaire peu recommandable qui va nous entrainer dans des gags fulgurants qui m'ont fait véritablement  hurler de rire.



Entièrement tourné dans des conditions réelles  Johnny Knoxville rend les témoins occasionnels totalement suffoqués par des situations tellement loufoques que souvent on atteint le grand art.



On peut peut-être lui reprocher son mauvais goût totalement incorrect, à la limite du vulgaire ....mais finalement on ri et c'est le principal.



Même si à priori vous ne goûtez pas ce genre d'humour...allez y... vous ne le regretterez pas

J'ai ri, je vous le promets à "m'en éclater les boyaux"...et ça c'est imparable en ces temps plutôt moroses.


Un remède d'une efficacité redoutable contre la sinistrose, la bétise des conformistes et  fachos de tout poils qui ont tendance à relever le menton ces derniers temps.


A voir absolument... 

Vidéos:

 

 Fiche technique:

Réalisé par:

Jeff Tremaine


avec:

Johnny Knoxville,

Jackson Nicoll,

Greg Harris (II)

plus

Genre: Comédie

Nationalité: USA

Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 19:06

 

 

les garçons et l'autre con à table.jpg

Résumé:

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

 

Mon avis:

Je n'ai pas regardé la cérémonie des Césars cette année...cette "grand messe" du cinéma m'ennuie de plus en plus et j'ai bien fait....

Cinq césars parait-il ont été décernés à "cette véritable bouse".

Désolé pour la brutalité des propos: mais quand un jury élude l'excellent film de Roman Polanski, la vie d'Adèle (palme d'or à Cannes), Violette (dont je vous parlerai prochainement) et tant d'autres pour couronner un gigantesque "cabot" (ramollo du poireau), sociétaire de ce qui reste de la maison de Molière (devenue fat, imbue d'elle-même, ronflante et poussiéreuse) je me dis que le populisme culturel n'a jamais atteint de telles proportions dans ce pays (excepté peut-être sous le gouvernement de Vichy)...

J'avais mis une pause dans mes blogs cinéma pour des raisons personnelles et je le regrette car en un an j'ai pu voir quantité de films formidables mais là...je vous promets....

C'est "une méga-bouse" suffocante de prétention et de suffisance ...

Mal écrit, mal interprété et d'un pénible ...au point que j'ai dû me forcer pour le regarder jusqu'au bout...pas drôle du tout au final.

C'est "mou du genou" dans tous les sens du terme..

Pourtant de bonnes comédies il y en a eu un "paquet" de réalisées  dans notre pays ces douze derniers mois...

  "Guillaume et les filles" (les garçons et Guillaume...) est un navet total qui brosse dans le sens du poil "l'inculte moyen" (que nous sommes tous d'ailleurs)

C'est donc ce navet avec et de ce même cabot prétentieux (qui de temps à autres sort de son "Français " pour se pavaner dans des lectures médiocres  sur France inter... Il me force, chaque fois à éteindre mon poste tant il m'insupporte)....que les césars ont primés...rien que ça..

Pas possible: il les a tous payés..(je n'ose pas penser pire)

Avec de telles "bouses" couronnées...moi je vous le dis tout net...on est très mal barrés "cul-turellement"...

Allez-y...si vous en supporter l'odeur... un ami dirait avec sa verve "populaire" (dans le bon sens du terme):


"...ça méga-shmoute la connerie en décomposition fécale avancée"

Bon appétit....!

 

 

Vidéos:

 

 

Fiche technique:

 

Réalisé par Guillaume Gallienne
Avec






Guillaume Gallienne,

André Marcon,


Françoise Fabian

plus

Genre Comédie


Nationalité



Français

Durée 1h25mn

Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 19:02

 

21013431_20130618152724286.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Résumé:

Alors qu’elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal, un homme d’affaire fortuné, battre sérieusement de l’aile, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa soeur Ginger afin de remettre de l’ordre dans sa vie.

Mon avis:

Si vous avez l'habitude de lire mes fiches de cinéma (je sais la dernière date un peu...) vous savez sans doute que Woody Allen a plutôt tendance à me décevoir (voire souvent m'énerver ) ces dernières années car  on ne peut pas dire que ses précedents films soient géniaux ...

Je me suis même demandé un moment s'il n'était pas un peu sénile.

Et bien pas du tout.

Non pas que celui-là, sorti en Septembre dernier figure parmi les chefs d'oeuvre du septième art mais il n'en demeure pas moins qu'il est à classer dans les meilleures réalisations du célèbre cinéaste.

Il nous dépeint ici avec  beaucoup d'ironie ce monde de la bourgeoisie et de ces "nunuches "pleines de fric qui toisent les autres du haut de leur élitisme mondain et de leur pseudo-supériorité .

Son héroïne va tomber de haut car elle n'a plus un fifrelin pour vivre.

En effet Jasmine vient d'apprendre que la fortune de son mari dont elle jouissait de manière arrogante reposait  sur l'escroquerie.

Son cher mari était un escroc de haut vol qui s'en était même pris à sa famille et qui plus est la trompait en permanence avec toutes les femmes qu'il pouvait approcher...

Elle était véritablement aveuglée par le clinquant de son époux et de cette vie luxueuse qu'ils vivaient ensemble mais totalement bâtie sur l'hypocrisie, le faux semblant et l'artifice.

Après la révélation de l'imposture et que son "légitime" croupisse enfin en prison, Jasmine continuera pourtant à vivre dans son passé luxueux mais en rêve cette fois car "la grande bourgeoise" dépend désormais des autres et  en particulier de sa soeur (très modeste et humble).

Belle leçon d'humilité dont Jasmine ne se relèvera pas...elle perd la tête, se réfugie dans une sorte de  schizophrénie ... se parle toute seule, revit en permanence des scènes et évènements du passé dont elle ne peut plus se défaire...

Le regard du réalisateur, sans concession à ses personnages, peut paraître presque cruel.

Pourtant il remet très justement "les pendules à l'heure" en particulier concernant ces personnes imbues d'elle même qui regardent les autres de très haut  avec tout le mépris et l'arrogance qui semblent caractériser une certaine classe sociale persuadée d'être l'élite incontournable  de la société actuelle.

 

A voir sans aucun doute...

Vidéos:


Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

 

 

Fiche technique:

 

Un film de :

avec





(Etats-Unis)

Genre : Comedie

- Duree : 1H38 mn

Distributeur :


Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 04:52

gavras le capital.jpg

 

Résumé:

L'ascension vertigineuse d'un valet de banque dans le monde féroce du Capital.

 

Mon avis:

Le cinéma militant de Costa Gavras...on aime ou on déteste... c'est selon...

En ce qui me concerne j'aime assez son style réaliste et tant pis si certains le trouvent un peu manichéen .


Sa façon ici de décortiquer le monde de la banque est plutôt crédible..

.Un innatendu et impeccable Gad Elmaleh,  dans le rôle d'un  requin de la finance ainsi qu'une pléiade d'acteurs remarquables nous donnent à voir cette mécanique à broyer des vies entières totalement indifférente au sort de ses victimes...


La fin est d'un réalisme absolu et implacable ; parlant des acteurs de la finance, le personnage principal en plein conseil d'administration alors que  les protagonistes se querellent, se tourne vers nous et nous prenant à témoins, conclue en disant:

(...) qu'ils sont comme des enfants... que grâce à eux les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux et pauvres...peu leur importe...ils s'amusent(...)

On peut voir sans aucune doute

 

Vidéos:

 

Fiche technique:

Un film de Costa-gavras
 
avec
 
(France)
 
Genre : Thriller, Drame -
 
Duree : 1H53 mn
 
Distributeur : Mars Distribution
 
Sortie en salles le 14 Novembre 2012
 
Année de production : 2012
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 04:51

the impossible.jpg

 

Résumé:


L'histoire vraie d'une famille prise dans l'une des pires catastrophe naturelles de notre époque, le tsunami de Thaïlande de Noël 2004. Au milieu de centaines de milliers de victimes, séparés par la violence de la vague, ils vont tenter de survivre... et de se retrouver.

 

Mon avis:

 Du cinéma grand spectacle à l'américaine, (spécial pôpcorn)... En direct Madame, Monsieur, du Tsunami de Noël 2004 dans votre fauteuil de cinéma...

A grand renfort d'effets spéciaux de maquillages "spécial ketchup" ...on s'y croirait...

Une mise en scène presque impeccable plonge et entraine le spectateur au coeur du drame qu'à réellement vécu cette famille venue passer les vacances de Noêl dans ce presque paradis qu'est la Thaïlande ...

Mais excepté bien sûr quand il y a une catastrophe du genre de celle-ci avec cette vague gigantesque qui a emporté tout sur son passage et fait de très nombreuses victimes..

Je ne vous en dis pas plus...

Non que ce soit un très grand film de cinéma  mais on y croit car l'ensemble est tout de même bien ficelé et au final on ressent une certaine émotion...

On peut voir à la rigueur...

Âmes sensibles et jeunes spectateurs...évitez... certaines scènes risquent de heurter par leur réalisme et leur violence.

 

Vidéos:

 

 

Fiche technique:

Genre : Drame -

Un film de Juan Antonio Bayona

 
avec
 
et
 
Titre original : LO IMPOSSIBLE (Espagne)
 
 
Duree : 1H47 mn
 
Distributeur : SND
 
Sortie en salles le 21 Novembre 2012

Année de production : 2012
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 04:49

kaira.jpg

 

 

 

 RÉSUMÉ:

Casquettes enfoncées sur la tête et baskets aux pieds, tous les trois ont le même problème : désespérément célibataires, ils passent leurs journées à laisser s’écouler leurs vies, sans motivation ni ambition.

Jusqu’au jour où ils découvrent une annonce dans un magazine porno qui propose un casting pour devenir une « Star du X ».

En galère de filles et d’argent, la quête de ce qui leur semble être alors le meilleur métier du monde va se transformer en un parcours initiatique et devenir la plus importante aventure de leurs vies.

MON AVIS:
Des lascars au Jamel comédie et chez les Kaîra (entendez racailles en verlan),il n'y a qu'un pas facile à franchir...
À ce propos je vous conseille les differents articles sur le sujet de Marjolaine Jarry (journaliste au nouvelobs) dans son blog"serial lovers"
Ses notes expliquent bien les tendances tout en analysant sociologiquement ces phénomènes devenus médiatiques qui dédramatisent (et on en a plus que besoin par les temps qui courent) sur le mode de l'humour et de l'autodérision les "phénomènes"(entendez surtout personnages) actuels des banlieues.
Avant Jamel .....Smaïn en son temps avait déjà débroussaillé le terrain
Les  "Kaïras" sont des carricatures ( et encore ...pas tant que ça) qui nous permettent de mieux comprendre leurs comportements et au moyen de gags parfois énormes nous sommes entrainés au coeur de la vie de ces trois zigottos jamais en manque de  gag monumental.
Leurs quètes...du boulot (car certaines cités cumulent plus de 40% de chomage chez les jeunes) et des "meufs"(filles).
Faire du porno.leur paraît une chouette idée pour allier "utile" à "agréable".

Mais comme dans les pires séries B il y a toujours un méchant ici c'est Ramzy qui s'y colle merveilleusement.
On ne sait pas bien s'il est plus bête que méchant car on est là à un tel niveau qu'il est bien difficile de départager ses degrés de bêtise et de méchanceté.

Je n'ai pas éclaté de rire à chaque blague mais presque..

Un chouette moment de "cinoche" qui ensoleille l'horizon quand le temps est maussade et pluvieux...  À coup sûr ils vont aider à ce que cet été ne soit pas trop pourri...
On peut voir


VIDÉOS:




FICHE TECHNIQUE:

Un film de et avec Franck Gastambide et Medi Sadoun
(France)

Genre : Comedie

- Duree : 1H30 mn

Distributeur : Gaumont Distribution


Année de production : 2012
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 04:45

dictator.jpg

 

RÉSUMÉ:

Isolée, mais riche en ressources pétrolières, la République du Wadiya, en Afrique du Nord, est dirigée d’une main de fer par l’Amiral Général Aladeen.


Vouant une haine farouche à l’Occident, le dictateur a été nommé Leader Suprême à l’âge de 6 ans, après la mort prématurée de son père, tué dans un accident de chasse par 97 balles perdues et une grenade !

 


Depuis son accession au pouvoir absolu, Aladeen se fie aux conseils d’Oncle Tamir, à la fois Chef de la Police Secrète, Chef de la Sécurité et Pourvoyeur de Femmes.

 


Malheureusement pour Aladeen et ses conseillers, les pays occidentaux commencent à s’intéresser de près à Wadiya et les Nations Unies ont fréquemment sanctionné le pays depuis une dizaine d’années.


Pour autant, le dictateur n’est pas du tout disposé à autoriser l’accès de ses installations d’armes secrètes à un inspecteur du Conseil de Sécurité – sinon à quoi bon fabriquer des armes secrètes ?


Mais lorsqu’un énième sosie du Leader Suprême est tué dans un attentat, Tamir parvient à convaincre Aladeen de se rendre à New York pour répondre aux questions de l’ONU.

 


C’est ainsi que le dictateur, accompagné de Tamir et de ses plus proches conseillers, débarquent à New York, où ils reçoivent un accueil des plus tièdes.


Il faut dire que la ville compte une importante communauté de réfugiés wadiyens qui rêvent de voir leur pays libéré du joug despotique d’Aladeen.

 


Mais bien plus que des expatriés en colère, ce sont des sanctions qui attendent le dictateur dans la patrie de la liberté…

 

MON AVIS:

 Une presque carricature des totalitarismes qui nous entraine dans une presque actualité et ça fait sacrément  du bien aux "zigomatiques".

Sacha Baron Cohen  est parfait dans ce dictateur sanguinaire qui va épouser... non je ne le dis pas... ce serait vous dévoiler la fin et ce serait dommage car je trahirais l'effet comique du dénouement.

Je n'ai pas boudé mon plaisir et si je vous dis que dans la salle il n'y avait pas que des petites rires étouffés mais de grands éclats vous aurez compris ...que je vous le conseille pour chasser la pluie au nord des semaines passées

On peut voir bien sûr.....

 

 

 

VIDÉOS:

 

 

FICHE TECHNIQUE:

Un film de Larry Charles

(Etats-Unis)

Genre : Comedie

- Duree : 1H35 mn


Distributeur : Paramount

 

Année de production : 2012
Repost 0
Published by Giuglio - dans Cinéma
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens